About Great Lakes Youth Network for Dialogue and Peace

1. Description du projet

Depuis de nombreuses années, la sous-région des Grands Lacs est une région en crise. Certains des pires conflits d'Afrique, aux conséquences graves pour l'ensemble de la région, ont eu lieu dans la région, comme le règne d'Idi Amin en Ouganda et la lutte contre l'Armée de résistance du Seigneur, le génocide rwandais contre les Tutsis en 1994 et les guerres au Congo. 

La consolidation politique après le millénaire, avec les élections générales au Rwanda (2003), en Ouganda (2006) et en RDC (2006), a donné les premiers résultats importants et prometteurs du développement humain et économique. Pourtant, ces pays restent parmi les plus pauvres du monde et la paix y est fragile. Malgré la signature du "Cadre de paix, de sécurité et de coopération pour la République Démocratique du Congo et la région" en 2013 par 11 pays, la situation sécuritaire dans la région des Grands Lacs reste extrêmement préoccupante. L'instabilité et la méfiance entre les pays voisins prévalent toujours. On estime que 70 groupes rebelles sont actuellement actifs en RDC où ils se livrent à l'exploitation minière illégale et au commerce illégal, dont les recettes servent à financer leurs activités criminelles au Congo et dans les pays voisins. Ces groupes rebelles recrutent également des enfants pour le travail et comme enfants soldats.

Selon le HCR, 880.000 Sud-Soudanais ont cherché refuge en Ouganda, principalement dans sa région nord, à la suite de la crise post-indépendance du Soudan du Sud en 2013. Les élections au Burundi en 2015 ont provoqué la fuite de 330.000 personnes, la plupart vers le nord de la Tanzanie. Les tensions passées ont rendu de nombreux Congolais et Rwandais profondément méfiants les uns envers les autres. La méfiance et les préjugés s'exacerbent également entre d'autres pays, comme récemment entre le Rwanda et l'Ouganda en raison d'allégations de contrebande et de soutien à des groupes rebelles étrangers. La dispute entre l'Ouganda et la Tanzanie au sujet des zones de pêche du lac Victoria a fait naître des sentiments de nationalisme. L'Ouganda est accusé de permettre le commerce illégal d'or de la RDC vers les Émirats arabes unis (EAU). Tout cela porte en germe le risque de nouvelles violences entre des pays dont les populations veulent vivre en paix, traversant depuis des années les frontières de leur pays sans obstacle pour le commerce, les services, l'éducation ou simplement pour rendre visite à des amis et des familles à l'étranger.

Dans cet environnement fragile, face à un avenir incertain et un manque d'opportunités, de nombreux jeunes citoyens de la sous-région des Grands Lacs sont devenus actifs et veulent améliorer la situation. Avec une population combinée de 228 millions de personnes et plus de 60 % d'entre elles âgées de 24 ans ou moins, le potentiel des jeunes en tant qu'agents de changement positif, de paix, d'innovation et de cohésion sociale au Burundi, en RDC, au Rwanda, en Tanzanie et en Ouganda est indéniable. Beaucoup de groupes et d'initiatives de jeunes (le groupe cible du projet) font un travail important et sont impliqués dans le travail autour de défis qui posent des menaces potentielles à la paix dans la région s'ils ne sont pas résolus. Il s'agit notamment de l'égalité des sexes, de l'environnement (y compris les ressources naturelles) et du changement climatique, de la représentation politique, de la démocratie et de la bonne gouvernance, de la terre et de l'héritage, de la stabilité économique et de l'emploi, des médias, de l'éducation, de la culture et de la religion et de la migration forcée.

2. Le programme de l'UE

Le projet cofinancé par l'UE "Great Lakes Youth Network for Dialogue and Peace" repose sur la conviction que la jeunesse est un agent fondamental pour créer une paix durable entre les communautés et contribuer à un développement réussi. Cependant, sans un réseau solide de pairs et de bons contacts avec d'autres acteurs pertinents, la voix de la jeunesse reste faible et son impact très limité. Il est donc crucial de promouvoir le rôle positif, coopératif et actif de la jeunesse dans la sous-région des Grands Lacs en tant qu'acteur pour plus de paix et de stabilité.

Le Great Lakes Youth Network for Dialogue and Peace est un consortium de six organisations non gouvernementales: la Fondation Konrad Adenauer (Allemagne), Pole Institute (RDC), Vision Jeunesse Nouvelle (Rwanda), Cornerstone Development Africa & LéO Africa Institute (Ouganda) et Actions for Democracy and Local Governance (Tanzanie). Le projet vise à contribuer à la paix et à la stabilité dans la région des Grands Lacs en promouvant le rôle actif, coopératif, durable et positif des actions de jeunesse, en créant un réseau solide entre elles

Nous travaillons avec des groupes et des initiatives de jeunes qui s'engagent pour la paix dans la région des Grands Lacs et qui sont actifs dans un ou plusieurs des domaines suivants représentation politique et bonne gouvernance, démocratie, égalité des sexes, changement climatique, stabilité économique et emploi, médias, éducation, culture et religion et migration forcée. Le projet "Great Lakes Youth Network for Dialogue and Peace. Our Diversity - our Opportunity !" est cofinancé par l'Union européenne (UE) et le ministère allemand de la coopération économique et du développement (BMZ).

3. Notre philosophie

Par le biais d'une série d'ateliers intensifs de formation, de réunions transfrontalières, de forums de dialogue, d'activités pratiques développées par les groupes/initiatives de jeunes participants (c'est-à-dire en utilisant des sous-subventions), d'une forte visibilité externe du projet et d'événements régionaux de mise en réseau de haut niveau, le projet vise à accroître les capacités internes et organisationnelles des groupes et initiatives de jeunes sélectionnés (groupe cible) dans les quatre pays du projet, à favoriser le dialogue et les échanges transfrontaliers entre eux et à les mettre en relation avec des acteurs locaux, nationaux et internationaux de la politique, du secteur privé, de la société civile, du développement, du monde universitaire et des médias. Les groupes/initiatives de jeunes participants et leurs membres seront sélectionnés dans le cadre d'un appel ouvert dans les quatre pays du projet. Ils doivent justifier d'au moins deux ans d'activité avérée dans les domaines suivants contribuant à la paix : égalité des sexes, environnement (y compris les ressources naturelles) et changement climatique, représentation politique, démocratie et bonne gouvernance, terres et héritage, stabilité économique et emploi, médias, éducation, culture et religion et migration forcée.